Pierre Lellouche (LR) approuve les propos de Trump sur Merkel et l'UE (I-TELE, 16/01/17, 18h45)

The Boss · 3,257 views



Pierre Lellouche (député les Républicains) réagissait sur I-Télé aux propos du président élu américain Donald Trump sur l'Union Européenne et le Brexit, entre autres. Sur l'Union Européenne/Brexit : "Les propos de Trump sur le Brexit sont un signal d'alarme aux européens de bien vouloir regarder en face une machine européenne qui fonctionne de plus en plus mal, dont les peuples sont en train de divorcer, qui est incapable d'assurer sa défense, incapable d'assurer ses frontières face à l'immigration de masse, dont les institution tournent mal, sont un peu hors-sol. Il est temps de regarder, plutôt que de dire qu'on va continuer comme avant et voir s'accroître le divorce entre les peuples. Je pense que monsieur Trump peut-être nous rend un service en nous incitant à enfin faire quelque chose sur l'Europe."

Angela Merkel :

"Angela Merkel est devenue la seule patronne de l'Europe, y compris en matière migratoire. Et Donald Trump a critiqué férocement la chancelière, et très honnêtement, sur ce point, je suis pas en désaccord avec lui, parce que la décision unilatérale de l'Allemagne d'ouvrir toutes grandes les portes de l'Europe a créé une crise sans précédent : 1.8 million de personnes sont entrées sans papiers en Europe, et le résultat aujourd'hui c'est que Schengen est mort et que les frontières nationales ont été remises à peu près partout, dans l'Europe de l'Est, dans les Balkans, en Autriche, en Allemagne, et même en France."

Sur la politique de la France au Moyen-Orient (sans rapport avec les propos de Trump):

"Depuis 5 ans, nous avons eu une diplomatie fondée sur la posture, les déclarations morales, éthiques, tout-à-fait respectables, mais ça ne fait pas une politique étrangère. Quand vous avez un Laurent Fabius qui vous dit depuis 5 ans "Ni Daesh Ni Assad", ça fait une politique qui est fondée sur rien, et à l'arrivée, vous n'avez ni la paix, en Syrie, ni la lutte efficace contre le terrorisme. Vous avez un volcan qui ne cesse de s'accroître. Et au final, la France, comme les Etats-Unis d'ailleurs, se trouvent sortis du processus diplomatique qui est maintenant dirigé par les Russes, alors même que Poutine avait déjà proposé à l'Amérique et à la France une coalition unique il y a 2 ans. Avec François Fillon, à l'époque, nous avions dit qu'il valait mieux faire une coalition unique, parler aux Russes, construire une relation d'alliance confiante, que cette situation où finalement, profitant du vide américain et occidental dans la région, les Russes se sont engouffrés, et c'est eux qui aujourd'hui mènent la danse."